Un forum dynamique en solidarité avec le processus révolutionnaire tunisien

logo du FSM2013 à TunisLe FSM qui s’est tenu à Tunis du 26 au 30 mars 2013 a été incontestablement un succès, malgré le défi que cela représentait dans le contexte politique actuel deux ans après la révolution du 14 janvier 2011 et la continuation du processus révolutionnaire. La réussite de ce FSM tient autant à l’organisation, qu’à la participation, qu’aux contenus et aux enjeux pour les mouvements sociaux, la population tunisienne et plus largement le monde arabe.

Après les difficultés rencontrées au FSM de Dakar, Tunis est une très bonne édition. Il faut saluer le travail de préparation du comité international et tout particulièrement du comité tunisien qui a permis lors de rencontres régulières (Monastir et Hammamet) de planifier correctement les enregistrements des organisations, des participant-e-s, des ateliers et de leur agrégation. Au total, ce sont 962 ateliers, après agrégations, qui ont été proposés sur tout le campus de l’université El Manar, université symbolique des mouvements étudiants en Tunisie. Les débats se tenaient sur 6 grandes zones réparties par grandes thématiques. Il convient de souligner la publication du programme définitif deux semaines avant le début du forum, programme que l’on pouvait retirer avec les accréditations quatre jours avant le début. De nombreuses banderoles souhaitant la bienvenue aux participant-e-s du FSM ornaient les principales avenues. Dans la ville, l’accueil de la population tunisienne a été très chaleureux et beaucoup exprimaient leur agréable surprise de voir autant de militant-e-s altermondialistes en les interpellant facilement avec un réel désir d’échanges, ce qui n’aurait pas été envisageable sous Ben Ali. Indéniablement, la « révolution de la dignité » aura permis de libérer la parole et de poser avec acuité la question des droits démocratiques. Il convient de souligner une couverture médiatique correcte dans la presse et les télévisions tunisiennes.

Selon les organisateurs, se sont plus de 52 000 personnes inscrites qui ont participé au Forum dans une ambiance chaleureuse et sympathique, avec une forte proportion de jeunes, accueillies et guidées par 2 000 bénévoles la plupart étudiant-e-s. 5 082 organisations se sont inscrites. Les tunisiens et tunisiennes étaient de loin les plus nombreux pour participer ou intervenir dans les ateliers avec une envie très forte d’échanges. Venaient ensuite les délégations du monde arabe, avec une présence forte des marocain-e-s et dans une moindre mesure des algérien-ne-s, puis des égyptien-ne-s, des sahraoui-e-s, de syrien-ne-s, des libyen-ne-s, libanais-e-s et palestinien-ne-s. L’Europe était bien représentée, majoritairement par des français-e-s (plusieurs milliers sans doute), notamment avec des fortes délégations d’ATTAC et de Solidaires. Près d’une trentaine de militants et militantes des Alternatifs ont participé activement au FSM. Les représentant-e-s de l’État espagnol étaient en nombre, puis ceux de Belgique, d’Italie, d’Allemagne… On peut noter la faible présence des grec-que-s pour des raisons compréhensibles et la modeste représentation de l’Europe centrale et de l’Est et de la Turquie. On a pu constater une faible représentation sud-américaine, à l’exception du Brésil et du Venezuela, sub-saharienne et asiatique.

Un foisonnement d’ateliers riches et variés

Les débats se sont déroulés dans une ambiance de qualité et bienveillante, dans un esprit d’ouverture aux autres, avec une attention particulière aux membres des délégations qui n’ont pas l’habitude de participer aux forums. Ainsi, lors d’absence d’interprétation organisée (ce qui était malheureusement souvent le cas), des gens se proposaient spontanément pour traduire de manière à n’exclure personne.

Les très nombreux ateliers, menés sous diverses formes, étaient de bonne tenue en général et ont permis un grand brassage des idées, des thèmes, des questions et des gens. Outre les questions liées au Maghreb et aux révolutions dans les pays arabes, ce qui coule de source, les thématiques sur l’écologie se sont renforcées dans ce forum, cependant elles restent souvent centrées sur les questions climatiques et environnementales. Dans le contexte actuel, la question de la dette a également été très présente. Des espaces importants étaient dédiés au climat et aux grands projets inutiles et imposés mais un seul atelier sur Fukushima a eu lieu. Il reste à développer le travail sur la transversalité avec les autres thématiques.

Les Alternatifs ont organisé deux ateliers (Révolutions du XXIème siècle : temps court ou processus longs ?, Éducation : quelle école pour l’émancipation ?) et co-animé deux autres (Les alternatives locales concrètes, Appropriation sociale et autogestion). Ces initiatives ont été réussies tant au niveau de la richesse des échanges que de la participation diverse. Elles ont permis de prendre de nombreux contacts et de faire connaître notre mouvement et nos positions. Les membres de notre nombreuse délégation ont suivi les ateliers en se répartissant les thématiques ; ils/elles ont publié tous les soirs des billets sur un blog dédié (fsm2013.wordpress.com). Dans tous les ateliers, nous avons constaté la récurrence du problème de la dette et de l’austérité, attestant que cette question est fondamentale dans la convergence des mouvements sociaux. Une table ronde prévue sur la Syrie n’a pu se dérouler par prudence des organisateurs mais d’autres débats se sont tenus.

A la fin du forum, comme c’est le cas depuis Belém, des assemblées de convergence ont eu lieu, mais trop nombreuses (30) avec des thématiques parfois trop proches, ce qui ne facilite pas une réelle synthèse. Enfin, l’Assemblée des mouvements sociaux a adopté sa déclaration malgré certaines difficultés à dégager un consensus.

Des manifestations dynamiques

C’est symboliquement place du 14 janvier sur la principale avenue de Tunis, avenue Habib Bourguiba, qu’a débuté la traditionnelle manifestation d’ouverture du FSM 2013. En référence au 14 janvier 2011, date de la fuite du dictateur Ben Ali pour l’Arabie Saoudite, moins d’un mois après le début du soulèvement démocratique du peuple tunisien à la suite de l’immolation du jeune chômeur Mohamed Bouazizi pour protester contre la situation économique, sociale et répressive de son pays. Date symbolique du déclenchement des révolutions arabes.

Le 30 mars, dernier jour du Forum, a été organisé, une manifestation de soutien et de solidarité avec le peuple palestinien regroupant une dizaine de milliers de manifestant-e-s, chiffre important selon la presse locale. Les tunisien-ne-s comme l’ensemble des peuples arabes sont particulièrement sensibles à la cause palestinienne et solidaire de son combat. Le parcours de cette manifestation reliant la place du 14 janvier à l’ambassade de Palestine était un symbole de la solidarité qui doit se manifester entre la révolution tunisienne et la cause palestinienne. Étaient présent-e-s à cette manifestation des participant-e-s au Forum venant tant de Tunisie que du monde entier mais aussi des nombreux tunisien-ne-s ne travaillant pas ce jour de congé.

Un FSM d’espoir

Le FSM reste un lieu irremplaçable par sa vitalité, sa capacité de brassage, sa pluralité thématique, seul espace où peuvent se construire des réseaux à l’échelle planétaire. Cette édition revêtait un caractère exceptionnel car elle se tenait 2 ans après le début de la révolution d’où son importance pour les tunisien-ne-s et d’une manière générale pour les pays arabes, compte tenue des enjeux sociaux, politiques et économiques.

De ce point de vue, le FSM a rempli son objectif : faire la jonction avec les révolutions en cours.

S’il est encore trop tôt pour évaluer ses répercussions, nul doute que les mouvements sociaux tunisiens et du monde arabe sortiront renforcés de ce Forum. Le processus des FSM qui semblait s’essouffler ces dernières années ressort dynamisé de cette édition : le forum de Tunis aura des suites et suivi d’autres. Plusieurs lieux sont envisagés pour l’avenir : l’Inde, le Québec, la Thaïlande même si la Tunisie souhaiterait l’accueillir de nouveau mais elle accueillera le forum social Maghreb/Machrek en 2014.

La délégation des Alternatifs au FSM de Tunis

Le 31 mars 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s